IRM et dépistage du cancer de la prostate

IRM et dépistage du cancer de la prostate

Le mois de novembre est dédié à la santé des hommes et notamment grâce au mouvement Movember qui fait un formidable travail de sensibilisation sur les différentes maladies qui peuvent affecter les hommes et en particulier les cancers masculins comme la prostate ou les testicules.

Les hommes sont les premières victimes du cancer et plus particulièrement en France ou le nombre de cancers masculins est le plus élevé d’Europe (source : Institut National du Cancer - Le cancer de la prostate). Parmi ces cancers, celui de la prostate est le plus répandu et celui qui fait le plus de victimes. On recense notamment 1,3 millions de nouveaux cas pour l’année 2018 dans le monde (source : World Cancer Research Fund - Prostate cancer statistics). Ces chiffres qui sont en constante progression sont aussi le fruit de campagnes de dépistage de plus en plus efficaces.

 

Un dépistage complexe

Il existe actuellement un panel d’examens possibles pour effectuer ce dépistage, tous ces examens sont complémentaires et fournissent chacun des informations différentes. Le toucher rectal permet au médecin de vérifier le volume, la consistance et la texture de la surface de la prostate. Cet examen intervient souvent après un dosage de PSA (antigène prostatique spécifique) qui permet via une prise de sang de mesurer son taux. Malheureusement ces deux examens restent insuffisamment fiables et on constate même que dans 70% des cas un taux de PSA élevé n’était pas lié à un cancer de la prostate. C’est pour cette raison que l’imagerie joue un rôle important dans cette stratégie de dépistage avec l’IRM notamment souvent couplée à l’échographie.

 

La place de l'IRM dans les stratégies de dépsitage

Dans de nombreuses études il apparaît que l’imagerie IRM a un grand rôle à jouer dans le cadre de ce dépistage du cancer de la prostate. Initialement dédiée au bilan d’extension de ce cancer, l’IRM prostatique permet sa détection en combinant l’imagerie morphologique et fonctionnelle, et permet également l’obtention d’une cartographie tumorale. Les informations fournies, telles que l’estimation du volume prostatique et tumoral, la localisation et l’agressivité des foyers suspects, permettent d’adapter la stratégie de prise en charge thérapeutique, biopsie et le monitoring des nouvelles thérapies ciblées ainsi que la détection des récidives après traitement curateur.

La technique de l’IRM prostatique fonctionnelle et multiparamétriques associe des séquences morphologiques (T2) et fonctionnelles de perfusion et de diffusion. Cette technique permet l’obtention d’une cartographie du cancer de la prostate. On obtient des informations de détection tumorale, de localisation, d’estimation de volume ainsi que d’agressivité tumorale. On constate toutefois une certaine difficulté à identifier les tumeurs de petit volume (<1cm3) et de score Gleason inférieur ou égal à 6, l’IRM prostatique est donc plus performante pour la détection de lésions « importantes ».

Autre aspect important lors d’un examen IRM de la prostate dans le cadre d’un dépistage de cancer est le compte rendu. Celui-ci doit être détaillé avec la description de chacune des zones suspectes (ou cibles) identifiée et analysée de façon objective et subjective (score PI-RADS), avec une échelle de suspicion allant de 1 à 5 (1 normal, 2 probablement normal, 3 équivoque ou douteux, 4 probablement suspect).

L’IRM joue aussi un rôle important dans la planification thérapeutique notamment grâce à la cartographie tumorale. Celle-ci permet une meilleure planification du traitement, que ce soit avant chirurgie avec la localisation précise des lésions, avant une éventuelle radiothérapie avec l’identification d’extensions ou encore dans la progression de l’atteinte. L’IRM permet une meilleure identification des patients à risque de progression grâce à son bilan locorégional.

Dans la plupart des cas les patients qui ont un taux de PSA élevé se voient proposer une biopsie de la prostate réalisée en transrectal et sous contrôle échographique. Cet examen n’est pas dénué de risque et peut entraîner des complications, il expose à un sur-diagnostic des cancers indolents et un sous-diagnostic des cancers agressifs, c’est pour ces raisons qu’il est généralement pratiqué après une IRM prostatique.

Actuellement de nombreuses études sont menées avec pour objectif d’améliorer le taux de détection du cancer de la prostate. Les recherches se focalisent actuellement sur l’association entre médicine nucléaire (PET) et IRM, permettant de détecter 25% de cancers en plus et de mieux gérer le stade pathologique, et par conséquent le traitement du patient. Cette technique prometteuse se base sur la combinaison de deux modalités et notamment sur l’ajout d’examens PET avec l’injection de fluciclovine F-18. La recherche montre que l'imagerie moléculaire avancée telle que celle réalisée avec l’Axumin PET est un complément utile à l'imagerie standard pour guider les décisions thérapeutiques sur les patients pouvant bénéficier d'une radiothérapie après une prostatectomie. D’après l’étude (source : AuntMinnie.com - PET with Axumin boosts prostate cancer outcomes) le taux de survie à 3 ans passe à 75,5% pour les patients ayant bénéficié de cette nouvelle technique contre 63% pour l’imagerie conventionnelle seule, l’écart est encore plus important à 4 ans avec 75,5% contre 51,2%.

 

Myrian XP-Prostate, dédié aux IRM prostatiques

Myrian XP-Prostate et son workflow entièrement dédié aux examens IRM de la prostate

Intrasense a développé un outil spécifiquement dédié aux examens IRM de la prostate. Le workflow clinique de l’application est adapté aux exigences médicales afin d’apporter un diagnostic clair et précis, l’interface Myrian offre les bons outils au bon moment dans le but de recentrer le travail du radiologue sur sa prise de décision médicale. XP-Prostate offre toutes les informations nécessaires afin de scorer les lésions et de graduer l’atteinte tumorale ceci grâce à l’étude des cartographies de diffusion d’ADC et les séquences avec injection dynamique. L’application clinique permet aussi un bilan locorégional au travers d’un affichage simple et intuitif des séquences anatomiques. Myrian XP-Prostate permet de réaliser un volume prostatique estimé de manière intuitive et très rapide. Tous ces outils sont mis en œuvre afin de créer un rapport reprenant les principales sources de scoring.

 

 

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez
à Intrasense, n’hésitez pas à nous contacter.


 

Contact

Restez connectés à notre actualité
sur LinkedIn, Twitter, Viadeo, YouTube et WeChat.

Intrasense_blanc

map_20161028

Headquarters / Siège social :
1231, avenue du Mondial 98
34000 MONTPELLIER | FRANCE